Une année inoubliable à Radio MNE

Je m’appelle Artur. J’ai 19 ans. Je vient d’une petite ville dans le sud de Lisbonne. Je suis arrivé à Mulhouse le 2 octobre 2019 pour faire un service volontaire européen à l’Office Mulhousien de la Jeunesse.

J’ai découvert le service volontaire européen il y a longtemps. Il y a environ 15 ans, il y avait déjà une volontaire européenne polonaise dans mon école maternelle. Cependant, ce n’était qu’au lycée que j’ai vraiment connu l’esprit du SVE, en faisant connaissance avec nombreux volontaires européens qui vivait dans ma ville. Ainsi, quand j’était à la fin de la Terminale et je n’étais pas sûr de ce que je voulais étudier à la fac, j’ai postulé pour des SVE en des pays francophones (pour raisons linguistiques). Et voilà, j’ai été pris à Mulhouse, en Alsace, la seule région française que j’avais déjà visité !

Au début de mon SVE, j’ai dû faire face à grands défis. En premier, l’adaptation à une nouvelle vie et à une nouvelle culture. Pourtant, vu que je parlait déjà la langue et que la France n’est pas tellement different du Portugal du point de vue culturel, je n’ai pas eu de grands soucis. En revanche, par rapport à mon projet initial, cela a été un grand échec. L’association d’accueille où je devais travailler n’avais pas les conditions pour recevoir des volontaires. Heureusement, grâce à mon organisation coordinatrice, j’ai pu changer mon projet. La Radio MNE, partie de l’association Old School, a bien accepté de m’accueillir en tant que SVE.

À Radio MNE j’ai eu la chance de connaître des gens incroyables, avec qui j’ai appris beaucoup sur le rôle des médias locaux et libres, la démocratie, la liberté de la presse et, évidement, les métiers radiophoniques. Avec Radio MNE, je suis allé plusieurs fois au Parlement Européen, où j’ai pu contacter avec des eurodéputés et mieux comprendre le fonctionnement de l’Union Européenne. J’ai aussi accompagné, grâce à MNE, les élections municipales françaises. Néanmoins, l’expérience qui m’a marqué le plus, c’était la formation du réseau RITIMO à Paris en janvier 2020. Là, j’ai connu de nombreuses personnes, provenants de toute la France, engagées dans la solidarité internationale et la démocratisation de l’information.

À ce moment là, je viens de savoir que j’ai été accepté par Science Po Strasbourg, l’Institut d’Etudes Politiques de l’Université de Strasbourg, auquel j’ai postulé grâce au soutien des plusieurs de mes collègues à Radio MNE. Je suis vraiment content de rester en Alsace et d’étudier dans cette école.

Le service volontaire européen a changé totalement mon parcourt et m’a aidé à découvrir ce que je voulait étudier.

Gallerie